Cérémonie du Thé

Mis en avant

Le jumelage Rennes-Sendai et l’association Bretagne-Japon co-organisent des séances de découverte de la cérémonie du thé, avec le professeur Maliko OKA. Un moment de détente et d’échanges sur la culture japonaise.

Samedi 4 février et samedi 1er avril 2023, à la Maison Internationale de Rennes, 7 quai Chateaubriand, 2e étage salle Atlantique (entrée porte vitrée sous le porche)

Horaires :

  • 1re séance : 14h30 à 15h30
  • 2e séance : 16h00 à 17h00

Conditions et tarifs

Nous ne pouvons pas accueillir plus de 10 personnes par cérémonie. Il faut donc impérativement vous inscrire, en vous rendant sur notre formulaire d’inscription, ou en passant par le site Internet de Bretagne-Japon.

Seuls les adhérents à l’une ou l’autre des deux associations peuvent participer à l’une des quatre séances proposées. Pour rappel nos tarifs d’adhésions sont les suivants :

  • Association Shimai Toshi Sendai (Rennes-Sendai) : 15€
  • Association Bretagne-Japon : 17€

Le tarif pour l’activité « cérémonie du thé » est le suivant :

  • Membre Shimai Toshi Sendai (Rennes-Sendai) : 17€
  • Membre Bretagne-Japon : 15€

Ainsi si vous êtes nouvel adhérent à l’une ou l’autre de nos association et souhaitez participer à l’atelier, le coût total s’élève dans tous les cas à 32€.

Qu’est-ce que la cérémonie du thé ?

Les Japonais considèrent la cérémonie du thé (cha-no-yu) comme une discipline spirituelle, pour retrouver la sérénité et le calme dans une simplicité extrême. C’est aussi un art, où la forme et la grâce sont primordiales.

Au Japon, une Cérémonie du thé dure au moins deux heures, personne ne parle et on est assis par terre. Pour nos adhérents, Mme OKA nous a préparé une séance adaptée : vous serez assis sur des chaises, votre bol sera posé sur une table, ainsi que votre pâtisserie. Celle-ci devra être mangée juste avant de boire le thé : son goût sucré adoucit l’amertume du thé vert, le matcha, très particulier.

Mme OKA viendra d’abord se présenter et dire quelques mots sur la Cérémonie du thé. Ensuite, elle ira préparer les accessoires pendant qu’un assistant vous donnera les consignes : quand saluer, comment tenir le bol, quand manger le gâteau… Enfin, nous pourrons échanger et répondre à vos questions.

En espérant vous retrouver bientôt autour d’une tasse de thé ! 🍵

Atelier Kumihimo

c. Wikicommons

Cette année, en plus des cours d’ikebana le lundi après-midi (1 fois par mois), l’association de jumelage Shimai Toshi Sendai organise des ateliers de découverte de diverses activités de loisirs japonais, un samedi après-midi par mois (origami, furoshiki, kumihimo, ikebana, cérémonie du thé…).

Prochain rendez-vous : atelier kumihimo (tressage japonais) samedi 7 janvier, de 14h à 16h, à la Maison Internationale de Rennes, 7 quai Chateaubriand (2e étage, salle Atlantique). Cet atelier est animé par Gwenaëlle IZAMBARD.

Inscription obligatoire par SMS au 06 43 55 80 52 AVANT Mercredi soir 4 janvier 2023 22h ou en laissant un message sur notre publication Facebook. Merci de nous indiquer :

  • le nombre de participants
  • votre niveau (débutant, initié)

L’association fournit le matériel, vous repartez avec vos créations. Une participation de 5 euros vous est demandée à votre arrivée.

Qu’est-ce que le kumihimo ?

Cette technique traditionnelle japonaise consiste à tresser des fils de toutes les couleurs pour fabriquer divers bijoux et accessoires (bracelets, porte-étiquette, marque-pages…). Venez avec votre curiosité et votre patience, pour réaliser de jolies choses à remporter chez vous !

Pour qui ?

Ces ateliers sont ouverts à tous, notamment aux enfants (pour les moins de 15 ans, la présence d’un adulte accompagnant est indispensable).

Nous espérons vous voir nombreux. À très bientôt !

Atelier Furoshiki

c. Wikicommons

Cette année, en plus des cours d’ikebana le lundi après-midi (1 fois par mois), l’association de jumelage Shimai Toshi Sendai organise des ateliers de découverte de diverses activités de loisirs japonais, un samedi après-midi par mois (origami, furoshiki, kumihimo, ikebana, cérémonie du thé…).

Prochain rendez-vous : atelier furoshiki samedi 3 décembre, de 14h à 16h, à la Maison Internationale de Rennes, 7 quai Chateaubriand (2e étage, salle Atlantique). Cet atelier est animé par Mariko PRIET.

Il est demandé de s’inscrire en remplissant le formulaire accessible en cliquant sur le lien ci-dessous. Une participation de 5€ est demandée, à régler sur place en arrivant.

Formulaire d’inscription à l’atelier furoshiki du 03/12/2022

Qu’est-ce que le furoshiki ?

Cette technique japonaise traditionnelle consiste à plier et nouer des tissus pour emballer des cadeaux ou transporter divers objets du quotidien (livres, bouteilles, bentos…).

Pour qui ?

Ces ateliers sont ouverts à tous, notamment aux enfants (pour les moins de 15 ans, la présence d’un adulte accompagnant est indispensable.

Que faut-il apporter ?

Nous pouvons vous prêter des tissus : ce sont des carrés d’un tissus souple avec des motifs traditionnels comme le momiji (feuille d’érable rouge), ou modernes (graphiques).

Nous vous conseillons de choisir chez vous quelques carrés d’un tissus souple aux motifs élégants, et d’apporter aussi quelques objets (livres, cadeaux…) que vous comptez offrir à Noël. Ainsi vous repartirez avec vos cadeaux emballés.

Pour la taille du tissu : sa diagonale doit faire environ 3 fois la longueur de l’objet à emballer, entre 70×70 cm et 100x100cm environ. Il vaut mieux avoir trop grand que trop petit, car souvent, les angles servent à confectionner des anses pour porter l’objet.

Nous espérons vous voir nombreux. À très bientôt !

Derrière la création de « MINGEYE – Dans l’œil de l’artisan »

Le Projet Dorayaki, c’est un projet de recherche-action qui questionne le rôle social de l’artisan au Japon. Une des expressions tangibles du Projet Dorayaki sera l’exposition MINGEYE – Dans l’œil de l’artisan, accompagnée d’une conférence le 26 octobre 2019.

On m’a souvent demandé « Quel type d’artisanat ? » J’ai choisi des métiers de l’artisanat traditionnel, encore pratiqués à la main, en petites séries, selon les méthodes et les secrets transmis par les générations précédentes. C’est peut-être l’image la plus « romantique » (si vous me permettez ce chassé-croisé des époques et des cultures) de l’artisan, qui m’a séduite. Seul au milieu de la cour, répétant pendant quarante ans (souvent davantage) les mêmes gestes, inlassablement…

La plupart des artisans que j’ai rencontrés sont en effet dépositaires d’un savoir-faire ancestral. Je pense notamment à Ōtomo-san, artisan de pinceaux de calligraphie à Sendai. Il effectue ses gestes avec la précision des samouraïs, dont il dit être descendant. Même un œil avisé ne saurait déceler si le geste du mélange des poils du pinceau a été effectué seulement deux fois au lieu des trois requises. Une éthique personnelle et une rigueur respectueuse le mène à respecter le procédé qui lui a été enseigné et duquel il est aujourd’hui le seul juge et témoin.

(Mon premier contact avec la Fondation de Jumelage Rennes-Sendai s’est fait un peu par hasard, comme souvent au cours de ce Projet Dorayaki : une succession de rencontres et de recommandations. Je rencontre à Sendai l’énergique et cultivée Florence qui, outre ses activités d’enseignante, a aidé les reporters français par ses talents de traductrice lors de la catastrophe de 2011. C’est Florence qui me met sur la piste de Masami, de l’Association de Jumelage Rennes-Sendai. Un échange par email pendant quelques mois avec Masami, et soudain le projet surgit : ce sera une exposition de photographies et une conférence pour partager mes résultats de recherche, mes impressions et réflexions personnelles sur le Japon.)

Rendez-vous du 22 octobre 2019 au 2 novembre 2019 pour l’exposition à la Maison Internationale de Rennes. Conférence le samedi 26 octobre 2019 à 18h30, suivie d’un verre de l’amitié.

Avec le soutien de l’Association de Jumelage Rennes-Sendai, de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa et de la Maison Internationale de Rennes.

— Camille Ronceray
http://camilleronceray.com/

Grâce au lycée Sainte-Ursule-Eichi, vous savez tout sur les Kana-mojis !

L’association de jumelage Shimai Toshi Sendai a participé, pendant cinq jours du 13 au 19 mars, à l’accueil d’une délégation du lycée Sainte-Ursule-Eichi de Sendai. Cette délégation comprenait 4 lycéennes et 3 professeurs. Cet accueil était organisé conjointement avec la Maison Bleue et le lycée Saint-Martin, où madame Sato enseigne le japonais depuis de nombreuses années.

Mme Takahashi et une élève mettent la dernière main à la première œuvre de calligraphie dans l'auditorium de la Maison Internationale de Rennes, sous les yeux du public.
La première œuvre de calligraphie en cours de réalisation, lors du spectacle à la Maison Internationale de Rennes

Les 4 lycéennes et leurs professeurs avaient préparé, pour le public rennais, un spectacle très original de calligraphie japonaise, dans le cadre des Journées de la femme. En effet, selon le professeur Matsumoto qui présentait le spectacle, l’écriture simplifiée du japonais en kana-mojis a permis aux femmes japonaises d’accéder à la lecture et à l’écriture. C’est d’ailleurs une femme, Murasaki Shikibu, qui a écrit un des plus vieux romans japonais : Le Dit de Genji, au Xe siècle.

Continuer la lecture

Spectacle « Kana-moji, caractères nippons »

La calligraphie japonaise des Kana-moji, caractères destinés aux femmes dans l’histoire. Démonstration de calligraphie et présentation de la contribution de ces caractères à l’alphabétisation des Japonaises.

  • Conférence et spectacle de calligraphie
  • Auditorium de la Maison Internationale de Rennes (7 quai Chateaubriand, Rennes)
  • Vendredi 15 mars, 19h-20h
  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Cette manifestation est proposée pendant la période de la journée internationale des droits des femmes.

Les Kana-moji sont, si on les compare avec les Kanji (idéogrammes chinois), des lettres plus simples qui ont de plus l’avantage d’être purement phonétiques. Leur création a facilité chez les femmes l’apprentissage et l’usage de l’écrit.

Dans notre histoire, qu’elle soit occidentale comme orientale, l’éducation était prioritairement adressée aux hommes. Les femmes étaient alors considérées comme des êtres secondaires, inférieurs, dans la société.

Toutefois, au Moyen-Âge, les femmes écrivains qui commencèrent à écrire grâce aux kana-moji devinrent des personnalités importantes de la société. Issu du milieu noble, l’usage de l’écrit se répandit dans le reste de la population au fil des ans. Les Kana-moji contribuèrent à l’alphabétisation du peuple japonais. La création des Kana-moji permit de faire naître l’égalité homme-femme dans le domaine de l’écrit.

Cet événement est organisé en partenariat avec le lycée Sainte-Ursule-Eichi de Sendai.

Atelier et spectacle à la Maison Bleue

Samedi 16 mars, les élèves du lycée Sainte-Ursule-Eichi et leurs accompagnants seront présents à la Maison Bleue pour animer un atelier de calligraphie, ainsi qu’une seconde représentation du spectacle. Plus d’informations sur leur site web :